L’avenir passe par les toilettes!

Tel est le titre d’un article de L’Actualité de février 2017. Je cite : « La plus grande faucheuse d’enfants dans les pays pauvres, ce n’est ni la malaria, ni le sida, ni la tuberculose. C’est l’absence de toilettes. Deux milliards et demi d’humains n’ont pas accès à des installations sanitaires adéquates. Ils font leurs besoins où ils peuvent …et leurs excréments empoisonnent leur environnement, leur nourriture, leur eau. Les maladies causées par cette contamination tuent chaque année un million et demi d’enfants. » N.M.

Ce constat ajoute à la pertinence du projet sanitaire inauguré à Cuchoquesera le 21 octobre dernier. Quelque 120 toilettes sèches et écologiques, avec douche, ont été installées pour chacune des familles de cette communauté andine. Nous débutons ces jours-ci un projet similaire dans la communauté voisine de Waripercca, d’abord l’eau potable puis les toilettes, autre projet réalisé en partenariat avec le SIE (Secrétariat international de l’eau).

Dons en ligne : ailesdelesperance.org

Cet article a 8 commentaires

  1. Dites moi ou envoyer un don.

  2. Qué maravilla!
    FELICITACIONES!!
    Mucho éxito les deseamos!

  3. Bravo
    C’est peut être bien peu, mais beaucoup pour ceux qui sont concernés.

  4. Merci de vous consacrer à relever les conditions de vie des familles d’Amérique du Sud avec persévérance, en notre nom.

  5. Dans toute l’histoire de l’humanité, l’amelioration des conditions de vie des sociétés a coïncidé avec l’amélioration des conditions sanitaires.

  6. Belle réussite!
    Continuons à soutenir Les Ailes de l’ Espérance. Cet organisme accomplit un travail hors du commun. Bravo!

  7. Bravo!

    Quel bon jugement!
    Quelle belle réalisation durable qui profite à l’ensemble d’une population ! C’est un

    excellent départ . À partir de là, tout le reste devient possible.

    Félicitations!

    Jean_Paul Rousseau

  8. Bravo¡¡¡¡ graciassss Alas de la Esperanza..

    Felicitaciones por el proyecto.

    Jacky Rentería López

Répondre à Michel de Maupeou Annuler la réponse

Fermer le menu