William, un guerrier de l’eau

Le 2 février dernier, un appel de Lima nous annonçait une nouvelle bouleversante : l’ingénieur William Cerron venait de décéder de la Covid-19 dans un hôpital de la capitale. Il n’avait que 62 ans. Cette nouvelle a semé la consternation au sein de sa famille et de toute l’équipe des Ailes de l’Espérance au Pérou et à Montréal. Nous l’appréciions tous comme personne et comme professionnel. Les communautés et ses proches collaborateurs le pleurent.

Les symptômes sont apparus dans la semaine du 18 janvier alors que William visitait les projets en cours dans le département d’Ayacucho. Nous savons qu’il faisait extrêmement attention lors de tous ses déplacements pour visiter les projets en Amazonie, dans les Andes ou sur la Côte Pacifique. C’est d’ailleurs lui qui a élaboré le protocole sanitaire que nous mettons en place dans les villages. La malchance a voulu qu’il ait été contaminé par le virus chez lui ou proche de chez lui à la mi-janvier. Son épouse a aussi été contaminée mais elle s’est bien rétablie.

William faisait partie de l’équipe depuis 2015. Au fil des ans, il était devenu un véritable guerrier de l’eau. Il n’hésitait jamais à entreprendre les longs et inconfortables voyages pour répondre à l’appel de communautés éloignées en manque d’eau potable. Dans toutes les communautés où nous intervenons, il laisse le souvenir d’un homme respectueux, attentif à leurs besoins et aussi d’un professionnel soucieux de faire les choses d’une façon correcte et durable.

« Il portait vaillamment la cause et la mission des Ailes de l’Espérance avec toutes ses connaissances professionnelles et sa sensibilité face aux différents milieux culturels qu’il servait. Nous perdons un humble serviteur sur qui nous pouvions toujours compter » (Sylvia M.)

« Il laisse un héritage précieux et sa mémoire sera honorée à chaque fois qu’un enfant grandira en santé grâce à l’eau potable. » (Françoise G.)

Tous les membres de l’équipe péruvienne reconnaissent que la meilleure façon de rendre hommage à William est de rester unis et de poursuivre la réalisation des projets d’eau potable.

Merci William!

Cet article a 9 commentaires

  1. François villeneuve

    Mes sympathies à sa famille et un merci à celui qui a donne de son temps à cette cause « eau au Pérou »

  2. À sa famille et à tous ceux qui ont travaillé avec William, recevez nos condoléances et l’assurance de notre prière pour le repos de son âme. Il a beaucoup travaillé pour faire jaillir l’eau dans les villages au Pérou. Aujourd’hui il puise à la Source même d’eau Vive, Jésus qui est la Vie, cette vie éternelle qui ne fait jamais défaut ! Que son âme repose dans la PAIX!

    Les Visitandines d’Ottawa (Canada)

  3. Marcelline

    Il sera maintenant l’ange gardien des Ailes de l’espérance…

  4. Thérèse Dalrymple

    Sincères condoléances à toute la famille des Ailes de l’Espérance. Comment expliquer de si lourdes pertes? Seule la Providence le sait. «Un seul verre d’eau ne restera pas sans récompense.»
    Que son âme repose en paix. Ma prière vous accompagne. De là-haut, monsieur William vous dit sûrement: «Ne lâchez pas.»

  5. Gustave Emond

    Mes condoléances à tous les membres de votre merveilleuse équipe. La perte d’un tel individu crée un vide qui se fera sentir à long terme.

  6. Roger Picard

    Roger de Sutton autres fois dessinateurs en inginérie, mes condoléances à tous ceux qui l’on côtoyé ainsi qu’à sa famille.

  7. Jocelyne Gagné

    Toute ma sympathie à la famille de monsieur William qui a réalisé tant de projets concrets pour sa communauté. Sincères sympathies aussi à l’équipe des Ailes de l’espérance. Il continue d’être avec vous autrement. En témoigne cette pensée d’Alexandre Dumas : « Ceux que nous avons aimés et qui nous ont quittés ne sont plus là où ils étaient, mais ils sont là et toujours où nous sommes ».

  8. Jean Rozon

    Un pionnier que personne n’est prêt à oublier. De là-haut, qu’il continue de veiller sur les projets en marche et à venir. RIP

  9. Ghyslaine Paquette-Genot

    Toutes mes sympathies à sa famille, ses collaborateurs et amis-es. Une grande perte pour les Ailes de l’Espérance.

Répondre à Roger Picard Annuler la réponse