Un double défi durement relevé

En 2017, les paysans de Rio Seco étaient courageusement repartis à zéro après avoir relocalisé leur village anéanti par les inondations.

Comme solution temporaire au problème d’eau, le village voisin de Santo Domingo avait alors accepté de partager son eau avec la communauté de Rio Sico. Pour régler définitivement ce problème d’eau, il fallait installer une nouvelle conduite d’eau de 7 km de long de la source au village. Cela représentait un double défi. En effet, il fallait d’abord convaincre les paysans de fournir un suprême effort pour creuser cette longue tranchée. Verónica Flores, notre guerrière de l’eau, s’est chargée de motiver la population. Sur la première photo, nous la voyons dans son survêtement rose en train de haranguer ses concitoyens.

Le second défi s’est présenté dans le dernier kilomètre. En effet, il a fallu creuser jusqu’à 4 m de profondeur là où l’eau surgissait avec force. La Municipalité de Supe a fourni, pour une centaine d’heures, une pelleteuse (retro-excavadora) qui a permis de terminer le projet. Les 14 photos suivantes illustrent le déroulement de toute l’opération. La dernière photo montre la seule partie maintenant visible de l’ouvrage de captage de l’eau : l’ouverture du boîtier des raccords (caja de reunión).

Grâce à leur dur travail et votre soutien, les habitants de Rio Seco et de Santo Domingo ont désormais de l’eau en abondance 24 heures sur 24. Ils vous envoient un million de mercis.

Dons en ligne : https://ailesdelesperance.org/donnez/
Ou par téléphone : 1 866 277-5111

Cet article a 6 commentaires

  1. Rachel Plante

    C’est à nous de les remercier et de les féliciter pour ce travail incroyable, pour leurs efforts et les conséquences heureuses. Ils se sont offert le plus beau des cadeaux, de l’eau potable en quantité et les effets positifs de cette eau sur la vie de tous les jours.
    Merci aux Ailes de l’Espérance d’avoir permis que se réalise ce projet.

  2. Thérèse Dalrymple

    «Partager son eau»… du jamais entendu et pourtant, une réalité. Que de courage! Que de leçons pour nous qui la gaspillons comme si rien n’en était. On n’y pense même pas. Ces gens ont un courage à nul autre pareil.
    Merci pour toutes ces images qui parlent par elles-mêmes.

  3. Angèle Berger

    Quel courage démontrent ces Péruviens! Et nous qui n’avons qu’à ouvrir le robinet…
    Merci Les Ailes de l’Espérance!
    AB

  4. Nicole David-Strauss

    Ces photos nous font penser à quel point ce que nous prenons pour acquis, l’ eau, présente le fruit de dur labeur
    Ces quelques photos nous montrent que ce que nous, nous prenons pour acquis, l’ eau, représente un dur labeur, quand c est même possible de l’ obtenir, pour tant d’ êtres humains sur notre planète…

  5. On n’a aucune idée des privilèges que la vie nous a donnés. Naitre au Canada, vivre dans des conditions extraordinaires: eau, nourriture, toit, éducation, paix sociale et soutien de l’état en cas de besoin. Je l’apprécie tous les jours et c’est ce qui me motive à partager un peu de ce que j’ai. Les projets pour l’eau des Ailes de l’Espérance m’ont attiré à cause de l’effet important que cela a sur les petites communautés. Mille mercis à toute l’équipe de vous impliquer dans ces formidables projets.

  6. Francine Mault

    Wow, quel tour de bras creuser sept kilomètres à quatre mètres de profondeur pour obtenir de l’eau après cette inondation dévastatrice. Mais ces péruviens ne manquent pas de courage tout en travaillant sans relâche pour accomplir ce défi. J’endosse les commentaires des autres donateurs, que pour nous avec accès à l’eau si facilement, on oublie combien de gens ne vivent pas dans les conditions idéales comme nous au Canada.

Laisser un commentaire