Projets d'eau potable en cours

Carte du Pérou
Projets autour de Lima
Projets Ayacucho
Projets Trujillo
Projets en Amazonie
Projets Loreto, Amazonie

Pour voir l’album photo de chaque projet, il suffit de cliquer sur le nom du projet.

La pandémie est toujours d’actualité au Pérou, comme partout dans le monde. Malgré cela, les communautés et notre équipe sur le terrain travaillent d’arrache-pied pour réaliser les projets tout en respectant le protocole sanitaire mis en place.

Santa Luz de Maranquiari, district de Raymondi, province d’Atalaya, Amazonie péruvienne. Le village est situé à environ deux heures de bateau d’Atalaya et à 45 minutes de marche des rives du fleuve Ucayali. Le trajet pour se rendre de Lima à la localité de Santa Luz dure environ 23 heures.
Ce village compte 190 habitants (38 familles) de plusieurs ethnies, en particulier Ashéninka et Asháninka. Il y a une école maternelle, une école primaire et un local communautaire. Ces autochtones vivent de la pêche, de la chasse et d’une petite agriculture.
Actuellement, les gens puisent leur eau dans un petit ruisseau. Lorsqu’il est à sec, ils doivent utiliser l’eau du fleuve ou l’eau stagnante des environs. Pour donner accès à l’eau potable à cette communauté, un puits artisanal sera creusé, un réservoir élevé d’où l’eau sera acheminée par gravité à toutes les maisons et locaux du village sera construit. Pour amener l’eau du puits au réservoir, un système de pompage à énergie solaire sera installé. Aussi, chaque maison  aura un lavabo de ciment (Bulletin Printemps 2021).

Shenontiari, district de Raymundi, province d’Atalaya. Les autochtones consomment l’eau de surface et du fleuve, eau fortement contaminée. Le village ne compte aucune infrastructure d’accès à l’eau potable. L’eau sera conduite par gravité de la captation jusqu’à une citerne puis sera pompée par énergie solaire de la citerne au réservoir élevé de 20 m3 construit à l’entrée du village. De ce réservoir, l’eau sera acheminée par gravité aux 37 maisons et locaux du village. Un lavabo en ciment sera construit pour chaque famille. Actuellement, la communauté travaille très fort pour avancer ce projet (Bulletin Automne 2020 et Mission au Pérou 2021).

Colpapampa, district et province de Vilcashuaman, Ayacucho, Pérou. Ce village est situé à quatre heures de route de Huamanga et est à une altitude de 3 739 m. Ce village compte 435 habitants (177 familles) qui vivent principalement de l’agriculture. Il y a des écoles maternelle, primaire et secondaire, une cuisine communautaire, un local du conseil, un poste de santé, un salon communautaire et une église. Il y a l’électricité et la téléphonie cellulaire.
Il y a une dizaine d’années, la Municipalité a installé un système d’eau potable qui fournit de l’eau uniquement aux 120 familles de la partie centrale du village. Mais, en période de sécheresse, l’eau est rationnée. Aussi, les 57 familles localisées sur la partie élevée du village n’ont aucun accès à l’eau potable.
Pour résoudre ce problème, trois sources d’où l’eau sera captée ont été identifiées. Une citerne de 90 m3 et une ligne de conduite de 300 m de long seront installées. Aussi, un réservoir élevé de 80 m3 sera construit et un système de pompage à énergie solaire sera installé. Le réservoir élevé distribuera l’eau par gravité aux 57 maisons. Pendant les périodes de sécheresse, une partie de l’eau sera acheminée à la partie centrale du village. Les familles ont déjà un lavabo en ciment. Certains seront rénovés.

Limán, district de Supe, dans la province de Barranca. Limán est à 4 h 30 de route au Nord de Lima et à 35 minutes de Barranca. Ce village compte 850 habitants (160 familles) qui travaillent comme journaliers et vivent d’une petite agriculture. Il y a l’électricité, la téléphonie cellulaire, une école primaire qui accueille aussi les élèves des villages voisins, un poste de santé, une maternelle, deux Églises, catholique et évangélique, un local communautaire et deux foyers.
En 2004-2005, Les Ailes de l’Espérance ont appuyé cette communauté pour la construction d’un système d’eau potable plutôt simple : le captage d’une seule source et l’installation d’une conduite d’eau directe de la source au village. Les maisons des 25 familles d’alors avaient été connectées directement à la conduite d’eau. Aujourd’hui, le village compte environ 160 familles et l’eau est devenue nettement insuffisante. Depuis 2006, la communauté et le comité d’eau ont une gestion responsable du système existant, ce qui nous motive à les appuyer à nouveau. Pour ce faire, la structure de l’ouvrage de captage actuel sera agrandie et renforcée. L’eau sera acheminée par gravité de l’ouvrage de captage à la citerne qui sera construite. Elle sera ensuite pompée par énergie solaire de la citerne au réservoir élevé de 75 m3 construit sur un monticule à l’écart de la zone archéologique. Puis l’eau arrivera aux 167 maisons et locaux du village par gravité. Un lavabo de ciment sera construit pour chaque famille.

Choccoro, (Millpo), district de Vinchos, province de Huamanga, Ayacucho à 4 200 m d’altitude dans les Andes. Le trajet par la route de Lima à la localité de Choccoro dure environ 16 h. Il y a 90 familles (420 habitants). Les maisons sont très dispersées ce qui rend la réalisation du projet plus difficile et plus coûteuse. Les paysans sont des pasteurs qui vivent de l’élevage de moutons et d’alpacas. À cause de l’altitude et du froid, l’agriculture est pratiquement inexistante.
Il n’y a actuellement aucun système d’approvisionnement en eau potable. Les gens consomment l’eau du ruisseau au fond de la vallée ou encore l’eau stagnante, la même eau que les bêtes consomment. Il n’y a pas d’électricité et la téléphonie cellulaire est accessible à certains endroits. Pour installer un système d’eau potable, il faut construire un ouvrage de captage de la source à 4 377 m d’altitude. Trois réservoirs seront également construits, d’où l’eau sera acheminée par gravité aux maisons du village qui auront chacune un lavabo de ciment. Avec l’accès à l’eau potable, la santé et l’hygiène de la population seront améliorées. L’eau facilitera également la lutte contre la pandémie.
Comme dans tous les projets que nous réalisons, un comité d’eau potable est élu par la population et la communauté accepte d’apporter toute la main-d’œuvre non qualifiée. Plusieurs réunions sont prévues entre le comité et toute la communauté pour renforcer l’organisation communautaire et apprendre à bien utiliser l’eau. Deux opérateurs choisis par la communauté seront formés pour l’entretien adéquat du système (Bulletin Automne 2020).

– Venturosa Bajo, district de Supe, province de Barranca dans la Vallée de Purmacana à 105 m d’altitude sur la côte du Pacifique. Venturosa Bajo est à 4 h 30 de route de Lima et à 35 minutes de Barranca.
Ce village compte 300 habitants (54 familles). Il y a une école primaire et un local communautaire. Les paysans sont des journaliers et quelques-uns vivent d’une petite agriculture et vendent leurs produits sur les marchés de Barranca et Supe. Le village a de l’électricité et accès à la téléphonie cellulaire.
Actuellement, les gens consomment l’eau non potable d’un puits peu profond qui sert à irriguer des champs. Le projet envisagé consiste à creuser un nouveau puits d’une quinzaine de mètres de profondeur et de construire un réservoir élevé de 15 m3. De ce réservoir, l’eau sera acheminée par gravité aux 56 maisons et locaux du village. Pour acheminer l’eau du puits au réservoir, un système de pompage à énergie solaire sera installé. Chaque maison aura son lavabo en ciment.